Tout pout le profit - 2ème partie

Ceci est la continuation de mon dialogue avec Emmanuel, l'auteur du blog français soutenant la campagne de Ron Paul, le candidat libertarien à l'investiture du parti républicain pour les élections présidentielles américaines de 2008. Nous en étions à débattre de l'idée selon laquelle les industriels et commerçants seraient motivés uniquement par une logique de profit maximum. C'est intéressant parce qu'Emmanuel pose tout haut des questions auxquelles la plupart de mes lecteurs pensent sans doute tout bas.

Réponse de Gallatin



Je voudrais commencer par souligner nos points communs.

Nous sommes d’accord que la plupart des patrons d’entreprises sont passionnés par ce qu’ils font, et que l’argent n’est venu qu’après coup.

[Digression] Si c’est rarement des philanthropes, c’est peut-être parce que l’état, ayant remarqué que la philanthropie était une bonne chose, se l’est appropriée. Pour justifier son existence et étendre son pouvoir, l’état a nationalisé la charité, excluant par sa présence même les philanthropes privés.

Supposons que tu gagnes 100 000 euros, et que 10 000 sont taxés pour financer les dépenses de fonctionnement de l’état (police, justice, armée, diplomatie). Jusque là, ça va, il te reste 90 000 euros. Tu peux en dépenser 20 000 en « bonnes œuvres » et en garder 70 000 pour ta consommation personnelle.

Maintenant imagine que l’état te taxe 20 000 euros supplémentaires pour financer ses « aides sociales ». Alors tout est foutu. Les pauvres ont déjà les 20 000 euros que tu voulais leur donner, donc ils n’ont plus besoin de toi. Tu n’as plus les 20 000 euros que tu voulais leur donner, donc de toute façon tu n’aurais pas pu les aider même s’ils en avaient eu besoin. Les pauvres ne sont pas reconnaissants parce qu’ils considèrent ce don comme un dû et ne feront aucun effort pour en être dignes. Tu n’iras pas au paradis parce que ton acte de charité était forcé. Le seul gagnant, c’est l’état ! [Fin de la digression]


Autre point commun, nous sommes d’accord que les fonctionnaires peuvent être corrompus. Nous sommes aussi d’accord que certaines entreprises instrumentalisent le pouvoir régulateur de l’état pour écouler leurs produits qui, sinon, ne trouveraient pas acheteur. A mon sens, c’est un argument contre l’état et non contre le marché, car si l’état ne régulait rien du tout, ces entreprises seraient forcées de mieux satisfaire les besoins de leurs clients.

Nous sommes aussi d’accord que les fonctionnaires peuvent tuer pour des raisons purement idéologiques.

Donc les deux principaux messages de mon article : cessons de peindre les entrepreneurs de manière caricaturale comme des obsédés ; et montrons aussi peu d’indulgence envers les fonctionnaires qu’envers les entrepreneurs – ont été acceptés.

De mon côté, je concède volontiers que l’organisation du secteur privé en entreprise fait que chaque entreprise peut développer une culture, un système qui transcende les motivations individuelles de ses employés. Donc il est possible qu’un système oriente les actions de gens a priori normaux dans un sens unique.

Si certaines entreprises peuvent développer un système orienté vers le profit, ça soulève deux questions :
  1. Existe-t-il une limite naturelle à ça ? Jusqu’où cette quête du profit peut-elle aller sans détruire l’entreprise elle-même ? Qu’est-ce qui empêche cette culture du profit de violer les règles minimales de la vie en société ?

  2. Quel est le système naturel qui se développe dans le secteur public ?

A la première question, je réponds : cette limite, c’est l’atteinte au droit de propriété et à la vie d’autrui. Si l’entreprise orientée vers le profit signe un contrat où elle promet de délivrer X dans le futur et qu’elle ne le fait pas, elle est voleuse. La loi la punira. La victime intentera un procès pour violation de son droit naturel à la propriété et le gagnera. Nul besoin de la moindre régulation !

Si l’entreprise orientée vers le profit vend un produit comme étant un médicament ou un aliment, mais qu’en réalité c’est un poison qui tue, et qu’elle le savait, elle est meurtrière. La loi la punira. La famille de la victime intentera un procès pour violation de son droit naturel à la vie et le gagnera. Nul besoin de la moindre régulation.

Il me semble crucial de noter que, même si on recherche le profit, on n’a pas le droit de voler et de tuer pour maximiser son profit. Cela fixe une limite infranchissable. Même en l’absence de toute régulation, un système orienté vers le profit ne peut pas violer les règles minimales de la vie en société.

Donc l’existence ou pas de régulations, ce n’est pas la différence entre protéger la victime ou la laisser sans défense, loin de là. C’est juste savoir s’il faut accorder des droits supplémentaires à des soi-disant « victimes » dont les droits naturels (à la propriété et à la vie) ont été scrupuleusement respectés. Ce qui est quand même beaucoup moins clair.

Sur le deuxième point, il me semble évident que le secteur public s’oriente naturellement vers la maximisation de son propre pouvoir en tant qu’organisation, au détriment de l’intérêt du reste de la société. C’est autrement plus grave que quand les entreprises maximisent le profit car, face à l’état, les victimes ayant souffert une violation de leur droit de propriété ou de leur droit à la vie ne peuvent pas avoir recours à un juge impartial. Dans tout conflit entre un citoyen et l’état, le juge, c’est... un membre de l’appareil d’état !

Pour finir, quelques remarques en vrac :
  1. Je n’ai pas vu le film « Sicko » de Michael Moore, mais LewRockwell.com, un site où Ron Paul a publié 400 articles depuis 1994, en a fait une critique dévastatrice que je te conseille de lire ici.

  2. Quand tu dis « Dans un monde sans régulation, les plus forts, les plus malins vont très souvent chercher à abuser des plus faibles, des gogos. » il me semble que c’est un argument auquel je réponds dans mon article La chasse au client.

  3. Quand tu dis : « Par nature ces régulations sont imparfaites » il me semble que cela fait une transition vers mon article Les régulations atteignent leur objectif.

Gallatin.



Réponse d'Emmanuel



Voici avec un premier élément de réponse:

Jusqu’où cette quête du profit peut-elle aller sans détruire l’entreprise elle-même ? Qu’est-ce qui empêche cette culture du profit de violer les règles minimales de la vie en société ?(…) cette limite, c’est l’atteinte au droit de propriété et à la vie d’autrui. Si l’entreprise orientée vers le profit signe un contrat où elle promet de délivrer X dans le futur et qu’elle ne le fait pas, elle est voleuse. La loi la punira. La victime intentera un procès pour violation de son droit naturel à la propriété et le gagnera. Nul besoin de la moindre régulation !

Ce raisonnement est logique mais j’y vois quelques objections majeures :


L’idée de l’homme, de la vie et sa valeur

D’une part si l’Etat n’intervient pas pour réglementer une pratique manifestement dangereuse et que l’on attend que les victimes s’organisent, se battent juridiquement, prouvent la réalité du dommage, et obtiennent compensation, il est fort probable qu’un certain délai va s’écouler. Délai pendant lequel la société aura continué son activité incriminée. Ce délai de règlement judiciaire du conflit aura pour conséquence de créer de nouvelles victimes dans ce laps de temps. La question fondamentale ici est pour moi la suivante : Vaut-il mieux laisser le marché et le judiciaire régler naturellement ce problème, quitte à laisser cette entreprise faire de nouvelles victimes ? Ou faire intervenir l’Etat pour protéger des victimes potentielles ? Pour moi tout ne peut pas se « régler » ou se « compenser » par une somme d’argent. Une personne décédée ne va pas ressusciter parce qu’elle (ou ses ayants droits) touchent le pactole devant une juridiction. C’est l’idée même de l’homme et de la vie qui est ici en cause. Peut on mettre un prix sur une vie au nom de la liberté du marché?

Ensuite certains dommages ne sont simplement pas réparables et cela dans deux cas :


L’insolvabilité réelle ou organisée de l’entreprise

Lorsque le dommage excède de beaucoup les capacités financières de l’entreprise, il ne reste plus qu’à cette dernière à se mettre en faillite et la victime n’a plus que ces yeux pour pleurer. De plus certaines activités économiques ne sont pas assurables (par exemple refus des assurances de couvrir les risques de cancer liés à l’utilisation du téléphone portable, malgré de nombreuses études « rassurantes » faites pour les opérateurs télécoms). L’on pourrait également évoquer le cas des mises en faillite frauduleuse, souvent tentante pour éviter de faire face à ces obligations.


La dimension prométhéenne de l’activité humaine contemporaine

Enfin, l’activité humaine a par nature considérablement évoluée depuis l’époque de Bastiat & Co. Les impacts environnementaux de l’industrie étaient nécessairement limités par les connaissances techniques de l’époque. Un cordonnier, un chaudronnier ou un paysan au milieu du 19e siècle avaient un impact potentiel limité sur leurs contemporains. Cela est bien différent aujourd’hui à l’heure du nucléaire, de l’agriculture intensive et des téléphones portables. Les conséquences possibles de certaines activités humaines sont de nature à mettre en danger la survie même de l’espèce humaine (pour le moins dans certaines zones du globe même si l’on s’aperçoit aujourd’hui des répercussions planétaires d’activités dites « locales »). Aucune monétarisation a posteriori d’un dommage écologique grave ne serait alors en mesure de le réparer.

Emmanuel.

2 commentaires:

Libéralisateur a dit…

Bonjour,

Dans le droit fil de votre discussion, j'ai trouvé que le dernier fascicule de l'ALEPS fourmillait de choses intéressantes. C'est le n° 120 de juillet 2007.
Connaissez vous l'ALEPS ?
leur site est http://www.libres.org
Sur cette petite revue il y a une présentation du livre de Philippe NEMO et Jean PETITOT sur L'histoire du Libéralisme en Europe PUF 2007, 1428 p qui semble montrer qu'Hayek était en cela un visionnaire de l'impossibilité de modéliser à priori la complexité des rapports individuels et que vouloir le faire était régressif. Toute l'Histoire de ces 20 dernières années le prouve.

Enfin en vous souhaitant une bonne journée, puis-je vous suggérer de changer vos paramêtres "blogspot" afin que plus que l'heure ce soit la date qui soit indiquée au bas de vos articles.

Cordialement

J a dit…

"D’une part si l’Etat n’intervient pas pour réglementer une pratique manifestement dangereuse et que l’on attend que les victimes s’organisent, se battent juridiquement, prouvent la réalité du dommage, et obtiennent compensation, il est fort probable qu’un certain délai va s’écouler. Délai pendant lequel la société aura continué son activité incriminée. Ce délai de règlement judiciaire du conflit aura pour conséquence de créer de nouvelles victimes dans ce laps de temps. La question fondamentale ici est pour moi la suivante : Vaut-il mieux laisser le marché et le judiciaire régler naturellement ce problème, quitte à laisser cette entreprise faire de nouvelles victimes ? Ou faire intervenir l’Etat pour protéger des victimes potentielles ?"

Ouh, le vilain sophisme du Nirvana ! Vous partez du principe que l'état est capable de protéger les victimes potentielles, sans le prouver.

Faire intervenir l'état garantit que le problème ne trouvera pas de solution (puisque l'existence du problème est alors une justification à son intervention, il ne va pas aller s'autodétruire), que l'intervention sera plus longue, plus coûteuse (loi de Bitur-Camember) et moins efficace que son absence d'intervention.

Technorati